Tunis

Tunis Zones Touristiques

La Médina de Tunis e,st un monde qu’on n’en finit pas d’explorer. D’autant que de nouveaux édifices y sont régulièrement restaurés : les palais, en particulier, surtout des XVIIIe et XIXe siècles, dont on peut admirer les élégants patios entourés de colonnes et de stuc ciselé et les chambres toutes tapissées de céramique aux couleurs fraîches et tendres… On visite aussi des médersas (anciens collèges religieux) et d’autres édifices tel Tourbet el-Bey, le grand mausolée des beys (anciens souverains) de Tunis.

Les rues de la vieille ville forment un interminable labyrinthe plein de charme et de surprises. Les souks, univers grouillant mais ordonné, où les corporations d’artisans et de commerçants occupent chacune son territoire propre. Au-delà de la Porte de Mer (Bab el-Bhar), on bascule dans le centre-ville – les anciens quartiers européens -, une partie de la ville tout aussi pittoresque et animée. Tout autour de la belle avenue Bourguiba, une foule hétéroclite se presse entre des immeubles 1900.

Les Côtes de Carthage :

A quelques minutes de Tunis, cité moderne en pleine expansion et ville d’histoire ayant conservé une médina exceptionnelle, les Côtes de Carthage sont une destination à part. Aujourd’hui banlieue un peu huppée de Tunis, avec des sites célèbres au charme envoûtant, cette région est le lieu de séjour idéal pour découvrir la personnalité originale d’une capitale dynamique et bigarrée, résolument tournée vers l’avenir tout en préservant la tradition dans ce qu’elle a plus précieux.

Carthage, c’est d’abord un paysage. Un golfe aux eaux turquoise, entouré de falaises rouges, de longues plages blondes et de collines nimbées de poésie. C’est là, précisément, que l’histoire de la Tunisie a commencé. Là que la princesse phénicienne Elyssa, qu’on nomme aussi Didon, fonda une ville nouvelle après un long voyage en Méditerranée. Début d’une civilisation qui marqué profondément un peuple et une terre.

De son passé prestigieux, Carthage a conservé des vestiges rares, mais si impressionnants qu’ils suffisent à raconter la magnificence de cette cité qui comptait parmi les premières de la Méditerranée antique. Les premiers Carthaginois, Phéniciens métissés de culture autochtone, laissèrent des maisons confortables et d’innombrables stèles gravées de signes énigmatiques. Les Romains reconstruisirent une ville somptueuse, couverte de colonnes délicatement sculptées et de statues de marbre, de mosaïques et d’édifices fastueux.

Aujourd’hui, le paysage s’est hérissé de cyprès, dressés entre des cubes blancs et bleus : les maisons heureuses de la Carthage moderne et du village de Sidi Bou Saïd. Des hôtels prestigieux se sont établis sur cette côte, à Gammarth, avoisinant ces lieux magiques qui respirent la paix et le raffinement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *