Interview Dr Med Walid JAAFAR « Cures thermales dans la pathologie ORL »

A la une ! Interviews Santé Thermalisme

Tout le monde parle des bienfaits de l’eau thermale.

Aujourd’hui, nous avons décidé de développer le sujet en faisant recours à un connaisseur et un spécialiste du domaine, pour cela nous avons organisé d’interviewer un médecin spécialiste en ORL. C’est le Docteur Mohamed Walid JAAFAR.

Question 1 : Qu’est-ce que c’est que l’eau thermale ? Qu’est ce qui fait que l’eau thermale soit bénéfique pour la santé du corps humain ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : On définit une eau thermale comme étant une eau provenant d’une émergence naturelle ou forcée, ayant une température supérieure à 25°c, une composition physico-chimique constante indépendamment des fluctuations climatiques et dotées de propriétés médicinales.

Les inhalations d’eaux thermales et les irrigations sont des pratiques centenaires. Les grecs et les Romains appréciaient leurs effets bénéfiques pour la santé.

Question 2 : Pour quel genre de problème de santé pouvons-nous faire recours à l’eau thermale ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : On utilise les eaux thermales dans plusieurs affections : rhumatismales, digestives dermatologiques, gynécologiques, neurologiques, respiratoires, …etc.

Nous ne parlerons ici que des indications ORL des cures thermales en détaillant sommairement les pathologies bénéficiaires

Question 3 : En tant que Médecin spécialiste en ORL, prescrivez-vous automatiquement des médicaments à vos patients ou bien, il vous arrive d’opter à une cure thermale ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : Je tiens à préciser que la cure thermale vient toujours en complément d’un traitement médical ou chirurgical dont le bienfait attendu s’avère insuffisant. Ces cures sont indiquées pour les patients qui présentent les rhino-sinusites chroniques et récidivantes, les rhinites allergiques, les rhino-pharyngites, les amygdalites chroniques ou les dysfonctionnements tubaires.

Question 4 : Quelle est la durée idéale pour une cure thermale pour un patient souffrant d’un problème respiratoire ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : La cure ORL dure en moyenne une quinzaine de jours. En cure thermale, le patient reçoit des soins locaux adaptés : lavage des sinus, bain nasal, aérosol, humage, gargarisme, insufflation tubaire. Tous les soins sont à base d’eau thermale dont les propriétés anti-inflammatoires et anti-infectieuses participent aux bons résultats du traitement.

Question 5 : Ne pensez-vous pas que l’emplacement des stations thermales en Tunisie (loin de la capitale et des principales villes tunisiennes) constitue un obstacle de déplacement des curistes pour s’y rendre ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : Oui en effet, l’emplacement n’est pas vraiment commode, il ne favorise pas une grande fréquentation de la part des curistes, mais ceci vaut vraiment le détour, la localisation des stations thermales en moyenne montagneuse, elle favorise généralement l’impact climatique, de même que la rupture avec un environnement quotidien, souvent pollué et potentiellement allergène.

Question 6 : Selon vous, Docteur, quelles sont les stations les mieux réputés en Tunisie et qui méritent d’être fréquentées par les curistes ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : Selon l’Office National du Thermalisme et de l’Hydrothérapie, les stations thermales sont la station de hammam Bourguiba (gouvernorat de Jendouba), la station de korbos (gouvernorat de Nabeul), la station de djebel el oust (gouvernorat de Zaghouan), à Djerba (gouvernorat de Médenine) et à djebel Châambi (gouvernorat de Kasserine).

La Tunisie dispose d’une quarantaine de Hammams traditionnels répartis sur tout le territoire du Nord au Sud et qui accueillent annuellement beaucoup de baigneurs.

Question 7 : L’eau thermale est-elle la même dans toutes les stations thermales en Tunisie ? Existe-t-il des ressemblances voire des différences ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : Les eaux thermales de djebel el ouest, et de korbos sont des eaux chlorées sodiques riches en oligoéléments, à la station de Hammam Bourguiba l’eau est bicarbonatée, sodique et sulfatée. A Kasserine l’eau de hammam de sidi boulâaraba est type mixte à dominance sulfatée sodique. On trouve Djerba une eau thermale chlorurée sodique sulfatée calcique et magnésienne riche en fer.

Question 8 : Quelles sont donc les pathologies reliées aux problèmes respiratoires qui peuvent être traitées à l’eau thermale ?

Dr Mohamed Walid JAAFAR : La rhinite chronique est, par définition, une inflammation du nez qui dure depuis plusieurs mois, associant un écoulement clair ou épais ou simplement une obstruction nasale. Ces symptômes peuvent être d’origine allergique ou non (des rhinites vasomotrices).

Le traitement est essentiellement médical à base de corticoïdes locaux et d’antihistaminiques.

Cependant, un traitement bien conduit peut ne pas suffire, dans ces cas les cures thermales répétées aux eaux sulfatées peuvent être très bénéfiques. Les pharyngites chroniques qui se manifestent par des écoulements nasaux postérieurs chroniques (clairs ou purulents) avec des maux de gorge, de voix cassée. Le reflux gastro-œsophagien peut aussi aggraver ses manifestations pharyngées. Un traitement médical du Reflux ainsi qu’un changement de climat et d’environnement et un arrêt du tabac seront certainement utiles. Dans ce cas la cure consistera à une irrigation nasale, des douches pharyngiennes, des inhalations, des pulvérisations, des gargarismes et des aérosols.

Les angines récidivantes de l’enfant ne constituent pas la meilleure indication des soins par les eaux thermales. Le traitement est essentiellement chirurgical. Une amygdalectomie serait le traitement de choix.

Pour les amygdalites chroniques de l’adulte, On peut alors proposer ces cures où les soins pourraient diminuer l’inflammation et améliorer les douleurs.

Les otites séreuses sont la conséquence d’un dysfonctionnement chronique des trompes d’Eustache qui permettent d’équilibrer les pressions dans la caisse du tympan. Comme pour les angines et les amygdalites la conduite à tenir est légèrement différente chez l’adulte ou chez l’enfant.

L’otite séreuse consiste à la présence d’une glue épaisse derrière le tympan qui gêne l’audition, pouvant entrainer, chez l’enfant, un retard de l’acquisition du langage ou bien un retard scolaire chez les moins jeunes. Le traitement est d’abord médicamenteux à base de corticoïdes, si non chirurgical allant d’une ablation des végétations adénoïdes jusqu’à la pose d’aérateurs trans-tympaniques.

Chez l’adulte l’otite séreuse doit faire rechercher un problème au niveau du cavum (l’arrière nez), que ce soit tumoral ou bien un écoulement pharyngé postérieur chronique.

Le traitement par les eaux thermales trouve sa place en post-radiothérapie (pour les tumeurs du cavum) ou bien pour traiter cet écoulement pharyngé postérieur chronique qui est la cause du dysfonctionnement tubaire.

On procède également l’insufflation tubo-tympanique qui est une technique réalisée par un médecin thermal pour traiter les otites séreuses persistantes.

Fin de l’interview.

Interview réalisé par Tunisia Wellness

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *